Mardi, 26 Mars 2019

S Société

Vih-Sida : Le Gabon appelle les pays de la sous-région à la rescousse pour les antirétroviraux  

En vue de pallier à la rupture de stock de certaines molécules ARV, les autorités gabonaises ont lancé un appel d’aide à l’endroit des pays qui possèdent des provisions importantes. Elles rassurent également les personnes vivant avec le VIH/Sida de la mise en place des traitements substituant. 

Le Gabon fait une nouvelle fois face à la rupture des médicaments destinés à la prise en charge thérapeutique des personnes vivant avec le VIH/Sida. Le Centre de traitement ambulatoire de Libreville (CTA) a récemment annoncé à cette classification de la population la rupture de certaines molécules antirétroviraux, notamment celles dénommées TDF-3TC, ABC-3TC. 

Une situation alarmante et bien réelle, à laquelle les autorités gabonaises concernées tentent d’apporter des solutions urgentes, afin de minimiser les risques et surtout de rassurer cette frange de la population. «Bien que l’alerte soit réelle, des mesures sont en cours pour éviter le pire», a déclaré la directrice générale de la prévention du Sida, Dr Amissa Briana Bongo Ondimba, au cours de la conférence de presse tenue le 4 février. 

Elle a ainsi invité les personnes vivant avec le VIH à se rapprocher de leurs médecins traitants pour plus d’informations. «Le traitement ARV est composé de trois molécules. Au cas où une molécule est en rupture, une autre ayant le même rôle sert pour la substitution. Actuellement c’est ce que nous faisons. S’agissant des personnes dont tout le traitement serait indisponible, nous prendrons des mesures pour renforcer leur système immunitaire afin de les protéger des infections. Une personne qui prenait bien son traitement avant la rupture n’est pas en danger. Nous demandons également d’adopter une bonne hygiène de vie pour ne pas s’exposer», a-t-elle ajouté. 

Le taux de prévalence du Sida au Gabon est de 4,1% selon l’enquête démographique et de santé. Sur 52 000 personnes contaminées, 38 000 sont sous traitement. 

Pour faire face à l’imminence de la rupture, le Gabon a également lancé un appel à l’aide en direction des pays qui ont des stocks très importants, comme la RDC. Selon la directrice de l’ONUSIDA, Françoise Ndayishimiyé, la République démocratique du Congo (RDC) est disposée à aider le Gabon, notamment en lui fournissant les médicaments pour éviter la crise. Toutefois, «le Gabon doit donner l'assurance qu'il pourra rembourser ces médicaments»

Cependant, indique-t-on, «Libreville a bien passé sa commande en février dernier auprès de ses fournisseurs, mais pour des raisons logistiques, la livraison n’est attendue que vers juin». L’arrêt momentané des ARV expose les malades à plusieurs dangers, d’où l’impérieuse nécessité des gouvernants de se pencher efficacement sur cette problématique afin que des solutions urgentes soient trouvées. 

 

 Matin Equatorial

Une publication du groupe de presse Gabon Media corporation

Email:

matinequatorial@gmail.com

Tel:

 +241 01.76.89.77 
        +241 04.94.83.86