Mardi, 20 Novembre 2018

S Sport

Football : L’Association des professionnels pense à l’après-carrière 

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

L’Association nationale des footballeurs professionnels du Gabon a engagé des échanges pour amener chaque athlète à se former dans un secteur à l'approche de la fin de la carrière sportive. Une approche jugée précoce par certains observateurs. 

Dans le cadre de la 5e édition des Sambas professionnels, l’Association nationale des footballeurs professionnels du Gabon (ANFPG), qui  accompagne les anciens footballeurs et ceux encore en activité de première division, a engagé des échanges qui portaient essentiellement sur la reconversion des sportifs.

Il s’agissait pour l’ANFPG d’échanger sur les enjeux de la reconversion sportive avec les athlètes en activité. Le constat est que plusieurs  athlètes ayant eu une carrière ont fini sur la paille. Ces échanges, tenus le 5 septembre à Libreville, se sont déroulés sous l’œil avisé de  Pape Diouf et José Walter Foula, secrétaire général adjoint de la FEGANA. Ces derniers ont soutenu l’idée que l’on ne devrait pas parler de reconversion sportive, mais de l’après sport au Gabon, sinon en Afrique subsaharienne en général compte tenu du niveau professionnel encore au stade embryonnaire.

Pour Pape Diouf, on ne peut pas parler de reconversion au Gabon ou ailleurs. « J’ai écouté (…) Et j’ai essayé de comprendre l’intitulé qui fait que nous nous retrouvions tous ensemble. Quand je lis reconversion après le sport au Gabon, je me demande est-ce que je suis bien à ma place, parce que la reconversion en règle générale est un terme qu’on oppose au professionnalisme. Je ne pense pas qu’il existe au Gabon un certain professionnalisme tel qu’on puisse parler de reconversion, de toucher du doigt la réalité de ce vocable », a-t-il déclaré l'ancien président de l'Olympique de Marseille, précisant que cela est également valable dans son pays le Sénégal.

Une opinion partagée par José Walter Foula, invité pour présenter les 20 programmes du Comité national olympique (CNO). « Je ne suis pas d’accord avec le terme de reconversion, parce que le programme même du CIO [Comité international olympique, ndlr], c’est l’après carrière ce n’est  pas la reconversion. C’est pourquoi dans mon propos préliminaire, j’ai parlé de défaillance de ce que nous avons appelé professionnalisme mais qui n’en est pas un ».

Ce que l’on peut retenir au sortir de ces échanges c’est que l’après sport concerne toutes les parties prenantes du milieu sportif. Le CNO, les fédérations, les associations, entraîneurs, arbitres et les athlètes eux-mêmes.

 

 Matin Equatorial

Une publication du groupe de presse Gabon Media corporation

Email:

matinequatorial@gmail.com

Tel:

 +241 01.76.89.77 
        +241 04.94.83.86